aps | rus | eng | tur | de | it | ar | esp | fr



Ministere
des affaires étrangères

de la République d’Abkhaziede

Coordonnées:

Adresse:Lakoba street 21, Sukhum

+7 940 996 39 48 (mob.)
+7 840 226 39 48 (work.)
E-mail: visa@mfaapsny.org


MAE de la République d’Abkhazie a envoyé une note de condoléances au MAE de la République italienne pour les victimes du séisme
Fonctionnaires du MAE abkhaze sont élévés aux rangs diplomatiques

HISTOIRE

L’ancienne Abkhazie

L’histoire de l’Abkhazie s’étend sur plusieurs millénaires. Des hommes ont commencé à peupler ces terres fécondes il y a 35 mille ans, au Paléolithique supérieur. Ils habitaient dans des grottes près des rivières. Leurs activités essentielles étaient la cueillette et la pêche, (parmi des trouvailles archéologiques sont des harpons en os et des arêtes).

Le Néolithique est marqué par l’invention de l’agriculture, la domestication des animaux, l’apparition de la poterie, la fondation des villages, etc. Entre 4000 av. J.-C. et 3000 av.J.-C. la population de l’Abkhazie usine des métaux (le cuivre et puis le bronze).

Vers 3000 à 2000 av.J.-C. apparaissent les sépultures en pierre – les dolmens. Les dolmens sont largement répandus sur le territoire de l’Abkhazie. Le groupe le plus nombreux se trouve près du village Othara (pas loin de Goudaouta) – 15 tombeaux dont le poids varie entre 60 et 110 tonnes.

Dans les sépultures de l’âge du bronze on trouve des haches en pierre, des pointes, des bijoux et des objets en céramique.

Les premières villes

Au VIIIe siècle av.J.-C. des navigateurs grecs ont atteint le littoral abkhaze de la mer Noire. Dans des baies calmes ils ont fondé les premières villes (VI-I siècles av.J.-C.) - Dioscurias (Soukhoum actuel), Triglit (Gagra), Pitiount (Pitsounda), Güenos (Otchamtchiré) et d’autres.

Dioscurias

Le territoire où la cité de Dioscurias a été fondée portrait le nom ancien abkhaze “Akoua”. Ce toponyme se rencontre sur des monnaies d’or (statères), datées de 80-90 ans av.J.-C. Le château de Bagrat, près de Soukhoum, portrait aussi le nom “Akoua”. Au VI-V sc. av.J.-C. la population grecque et la population autochtone se représentaient deux sociétés autonomes et n’étaient liées que par des liens économiques. Puis, à l’époque hellénique elles se sont intégrées et la population de Dioscurias est devenue mixte.

Au I siècle les romains ont remplacé les grecs et Dioscurias a reçu le nom de Sebastopolis. La période romano-byzantine de l’histoire de Soukhoum a continué jusqu’au VII-e siècle.

Christianisme

D’après la légende, au VI-e siècle deux apôtres, Simon le Cananite et André sont arrivés en Abkhazie pour prêcher le christianisme. Simon le Cananite a été torturé non loin de la rivière Psyrdzha.

La présence en Abkhazie des soldats romains, 3 cohortes (1 cohorte comprenait 500 soldats) se sont installés à Pitiounte (Pitsounda), Sebastopolis (Soukhoum), Ziganis (le village Goudava), favorisait la diffusion du christianisme sur tout le territoire du pays. Pendant la fin du III et le début du IV siècles la communauté des chrétiens la plus ancienne du Caucase est apparu à Pitiounte . L’évêque Stratophilus de Pityous la représentait au premier Concile de Nicée en 325.

Au début du VIème siècle l’Abkhazie s’est trouvée sous la domination de l’Empire byzantine. L’adoption du christianisme en 548 favorisait le développement des relations féodales chez les Abasgues, les Apsils et les Missimians. Au VIIème siècle la forteresse d’Anacopie, la plus grande forteresse de la côte caucasienne de la mer Noir, a été construite.

La bataille d’Anacopie

En 738 des troupes arabes, dirigées par Mérvan Krou (Sourd), ont pénétré en Transcaucasie. Mérvan a détruit Tzhoum (Soukhoum) et a pris d’assaut l’Anacopie. 3000 abasgues et kartléens défendaient la forteresse, mais les arabes étaient beaucoup plus nombreux. Au-dessus des murs de la forteresse il y avait des catapultes d’où les défendeurs lançaient des flèches et des pierres. Les arabes ont reculé.

Le Royaume d’Abkhazie

À la fin du VIIIème siècle un état féodal des tribues adyguéens et abkhazes s’est formé sur le territoire d’Abkhazie. Le roi Léon II a transféré la capitale du royaume d’Anacopie à Koutaissi. Dans le royaume on développait l’économie et la culture, et on construisait des palais et des temples. Le Royaume d’Abkhazie a subsisté pendant 200 siècles.

Les italiens en Abkhazie

Dans la deuxième moitié du XVIIIème siècle la marine marchande de Gênes s’est approchée du littoral abkhaze. Les Génois ont fondé des colonies (des factories), le long de la mer Noire – Cacari (Gagra), Petzonda (Pitsounda), Cavo di Buksa (Goudaoute), Sébastopolis ou San-Sébastien (Soukhoum), Nicoffa (le Nouvel Athos), Cavo Zizibar (près d’Adzubja), San-Tommazo (Tamych) et d’autres. Sébastopolis était le centre des colonies génoises, la résidence du chef de toutes les colonies italiennes du Caucase. Le commerce était une activité essentielle des génois et une des marchandises essentielles était la soie. Trois routes caravanières transcaucasiennes de la Grande route de la soie, qui liaient Gênes et la Horde d’Or, passaient par ici.

La principauté d’Abkhazie et la Turquie

Dans la deuxième moitié du XVème siècle les Turcs se sont emparés de Constantinople, puis ont remplacé les Génois sur le territoire abkhaze. La famille régnante Chervachidzé (Tchatchba) tâchait de mettre fin à la dépendance de l’Abkhazie des rois mégréliens. La guerre intestine entre des féodals abkhazes et mégréliens a duré 30 ans. Après cette guerre une frontière politique entre les Abkhazes et les Kartvels a été délimitée le long de la rivière Ingour.

Dans la première moitié du XVIIème sciècle les Turcs ont pris d’assaut Sébastopolis. Des féodaux abkhazes avaient dû payer une contribution. Des contacts politiques et économiques avec l’Empire ottoman ont favorisé la diffusion de l’islam. En 1864 les Turcs ont débarqué près du cap de Kodor, ont dévasté et pillé des territoires voisins. En 1724 ils ont construit une forteresse à Sébastopolis et l’ont appelée Soukhoum-Khale. La ville a reçu le même nom. Vers la fin du XVIIIème sciècle la principauté d’Abkhazie s’est renforcée et sa marine contrôlait tout le littoral de la mer Noir d’Anapa vers Batoum.

L’Abkhazie sous la protection de la Russie

Au XIXe siècle la Russie et l’Empire ottoman ont repris la guerre pour le littoral de la mer Noire. En juin de 1810 la forteresse Soukhoum-Khalé a été prise d’assaut par une escadre russe. La même année l’Abkhasie est entrée dans l’Empire russe à l’exception de quelques communautés libres des montagnards. Ainsi l’Abkhazie a été placée sous la protection de la Russie. Presque 5000 Abkhazes ont quitté leur patrie pour la Turquie.

L’une des particularités de la Principauté abkhaze intégrée consiste au fait qu’elle n’a pas perdu son autonomie et sa structure de l’État à la différence de la Géorgie.

En juin de 1864 la Principauté abkhaze a été supprimé et le gouvernement tzariste a instauré le District militaire de Soukhoumi. Le gouverneur du Caucase Mikhaïl Romanov a présenté son plan de colonisation du littoral oriental de la mer Noire par des villages cosaques et a reçu l’approbation d’Alexandre II.

Pendant cette période et aussi par la suite, une partie significative d’oubykhs (45000 personnes) et de sadzs (20000 personnes) a été expulsée ou déplacée vers l’Empire ottoman.

En 1866 une insurrection contre la réforme des paysans s’est déclenchée au village Lykhny. L’insurrection a été étouffée. On a désarmé tous les hommes et exilé les participants à l’insurrection au bagne en Sibérie. De l’avril au juin 1867 environ 20000 personnes ont émigré en Turquie.

Pendant la guerre russo-turque de 1877-1878 une autre révolte a eu lieu. Cette révolte a provoqué des répressions politiques. Les Abkhazes se sont déclarés « peuple coupable », et on les a envoiés dans des régions les plus éloignées de la Russie. Cela a conduit au grand exode ( « mahadjirstvo » ) d’au moins 50000 habitants. Cet exil massif a laissé le pays presque inhabité. Les territoires désertés ont commencé à se peupler de Géorgiens (le plus souvent Mingréliens), de Russes, de Grecs, d’Arméniens, de Bulgares, d’Estoniens et d’Allemands. En 1886 les Abkhazes composaient 85,7% de la population du pays, tandis qu’en 1897 ils ne composaient que 55,3%.

L’Abkhazie soviétique

Dans la deuxième moitié du XIXème siècle le statut d’état de l’Abkhazie n’était pas déterminé. La démocratie des montagnards libres et le féodalisme géorgien étaient présents dans le pays, mais son ordre social était plus étroitement lié à celui des Tcherkesses et des Oubykhs.

Après la désintégration de l’Empire russe l’Abkhazie a fait partie de l’Union des peuples du Caucase. Le 8 novembre 1917 le Conseil Populaire Abkhaze a élu le premier parlement et a adopté la Constitution du pays. Le 4 mars 1921 les bolchéviks ont instauré le pouvoir soviétique en Abkhazie et l’ont proclamée la République Socialiste Soviétique d’Abkhazie. Le 19 février 1931 le statut de l’Abkhazie est ravalé à celui de République autonome au sein de la RSS de Géorgie. Ainsi la période la plus difficile de l’histoire du pays a commencé : répressions, fermetures des écoles abkhaze, remplacement de l’écriture abkhaze par l’alphabet géorgien. C’était un vrai génocide du peuple abkhaze. Après la mort de Staline les Abkhazes ont recommencé la lutte pour le statut de leur territoire.

Le mouvement populaire de libération

Avant la désintégration de l’URSS un mouvement populaire de libération a commencé dans toutes les républiques et l’Abkhazie appelait à l’amélioration de son statut administratif. Le Parlement géorgien a commencé à prendre des décisions unilatéralment (celles des années 1989, 1990) qui négligeaient des relations interétatiques entre l’Abkhazie et la Géorgie et favorisaient l’abrogation du statut d’état de l’Abkhazie.

Pour résoudre des problèmes juridiques entre les deux pays le Conseil Suprême de l’Abkhazie a décidé de rétablir la Constitution abkhaze de 1925 et d’adopter le drapeau et les armoiries de la République d’Abkhazie.

La guerre nationale

Le 14 aôut 1992 la Géorgie, récemment devenue membre de l’ONU, a déclenchée la guerre contre l’Abkhazie.

Les troupes géorgiennes, soutenues par les blindés, l’armée de l’air et l’artillerie, ont envahi et occupé une partie du territoire abkhazien. En plus de l’extermination physique du peuple, la Géorgie a appliqué la politique du génocide culturel. Beaucoup de monuments historiques et culturels ont été détruits; des documents historiques et linguistiques très précieux, des livres rares et des manuscrits ont été perdus.

Le 30 septembre 1993 tout le territoire de l’Abkhazie a été libéré. C’était une paix chèrement acquise: environ 3000 personnes sont morts pour la liberté et l’indépendance de leur pays.

L’Abkhazie d’aujourd’hui

Le 26 novembre 1993 - le Parlement de la République a adopté la nouvelle Constitution de l’Abkhazie. Vladislav Ardzinba est devenu le premier président du pays.

Du décembre 1994 au septembre 1999 les Abkhazes ont survécu au blocus politique, économique et d’information. En dépit de toutes les difficultés de l’après-guerre, on constate un redressement économique et la renaissance de la culture, de l’éducation et du secteur du tourisme. En octobre 1999 lors du référendum populaire la population multinationale de l’Abkhazie a voté pour l’indépendance du pays. Le 26 août 2008 le président russe Dmitry Medvedev a signé le décret reconnaissant l’indépendance de l’Abkhazie. Cette indépendance a été reconnue par Nicaragua et Venezuela (en 2008), Nauru (en 2009) et deux États insulaires –Vanuatu et Tuvalu (en 2011).

Abkhazie

Ministère

Politique étrangère

Venir en Abkhazie

Разработка сайта: ait
Министерство Иностранных Дел Республики Абхазия E-mail: info@mfaapsny.org; Тел: +7 (840) 226-70-69; Адрес:. Lakoba, 21